Camerun, Eto’o rivela: “Voglio diventare presidente della Repubblica”. Ma è una bufala

Samuel Eto’o

Il legame tra calcio e politica è sempre stato molto forte, ma se un tempo lo sport era lo strumento utilizzato dalla propaganda, al giorno d’oggi gli ex calciatori sfruttano la propria popolarità per intraprendere la carriera politica. Ne sono un esempio lampante Kaladze, divenuto sindaco di Tbilisi, Weah, presidente della Liberia, e Shevchenko, candidato con il Partito Social Democratico in Ucraina qualche anno fa.

A questo elenco potrebbe presto aggiungersi Samuel Eto’o, 4 volte calciatore africano dell’anno,  che, dopo aver lasciato l’Antalyaspor a gennaio, ha annunciato di voler diventare presidente del suo Camerun ai microfoni de la Jeune Afrique:

“Non vedo perché non potrei esserlo. Sogno la presidenza del mio Paese proprio come Giulio Cesare sognava con Roma. Avrei undici ministri e sette segretari di Stato, rispettando lo spirito collettivo e adottando uno stile tattico flessibile. Weah? Lui non è un modello per me, semmai sono io ad essere un modello per lui”.

Poche ore dopo la comparsa dell’articolo, il centravanti camerunense ha però duramente smentito, attaccando duramente i giornalisti autori di questo ‘Pesce d’Aprile’ con un duro post su Instagram.

*MISE AU POINT* Sous les titres “Je rêve de la présidence comme Jules César rêvait de Rome.” "Samuel Eto'o candidat à la présidentielle" et profitant d’une tradition séculaire liée au 1er avril, certains "journalistes" ont publié ce dimanche dans leurs éditions en ligne, une interview fictive sur une supposée volonté de ma part de me présenter au scrutin présidentiel camerounais de 2018. Au regard de ce qui a été écrit, il apparaît que ces derniers ont voulu surfer sur deux éléments pour générer un effet malsain de buzz : La récente élection de mon cher ainé son excellence Georges Weah à la présidence de la République du Liberia et la notoriété que j’ai durement acquise au fil des années dans la pratique du football. Or ce canular est malfaisant aussi bien sur la forme que sur le fond. Pour ce qui est de la forme, En tant que camerounais je suis profondément respectueux des institutions de mon pays et ceux qui les incarnent. J’estime par conséquent que l’élection présidentielle de 2018 au Cameroun et l’exercice de la fonction suprême sont très importants pour que l’on puisse en parler avec autant de légèreté. Plus grave, les auteurs de cette farce évoquent pour la railler la crise anglophone. Une situation qui cause au quotidien la désolation et le deuil dans mon pays. Pour ce qui est du fond, tant en ce qui concerne les références malsaines à la première dame du Cameroun, qu'à mon épouse ou à mon "rapport" à la gestion du pouvoir et les relations avec mes ainés; j'estime que les propos attribués à ma modeste personne sous le couvert d'une supposée farce sont absolument réducteurs et dénotent un manque de respect total de la part de leurs auteurs qui prentendraient qu'en 2017 j'aurais déclaré "avoir toujours rêvé de faire la politique" en precisant que "le moment tant attendu est enfin là !". Enfin, je retiens que ces "média" en ont profité pour étaler le fond de leurs pensées sur le Cameroun! *Samuel Eto'o Fils*

A post shared by Samuel Eto'o (@setoo9) on

Guarda Anche...

CONDIVIDI
Ragazzo del '99, amo il calcio, argomento di cui parlerei tutto il giorno se fosse possibile. Studio le lingue straniere, adoro la letteratura francese ed il mio sogno, dopo aver viaggiato qualche anno all'estero, sarebbe lavorare e vivere quotidianamente nel mondo del pallone.